Observatoire du bonheur
Les regards
De l'observatoire du bonheur
Accueil > Les Regards > La Saint-Valentin, une fête incontournable

La Saint-Valentin, une fête incontournable

La Saint Valentin, une fête née il y a plus de 700 ans à la cour du roi Richard II

Fleurs, chocolats, restaurants… Aujourd’hui, la Saint Valentin est souvent perçue comme une fête commerciale, loin des sentiments amoureux qu’elle est censée représenter.

Qu’est ce que la Saint Valentin ? Pourquoi le 14 février et quelle signification ?

L’Observatoire du Bonheur décrypte pour nous les moments de bonheur qui rythment l’année. A l’occasion de la St Valentin, Michèle Gally, docteur en littérature française et Professeur des Universités à l’Université d’Aix en Provence se penche sur les origines historiques de la Saint Valentin afin de mieux comprendre comment cette coutume est parvenue à s’imposer comme le rendez-vous incontournable des amoureux d’aujourd’hui.

> XIVe siècle : origines de la Saint Valentin

Les premières traces de la Saint Valentin datent du XIVe siècle, et plus exactement de la poésie lyrique des XIVe et XVe siècle, en Angleterre. Il était alors coutume d’offrir à sa dame un poème, ballade ou rondeau1, dit de Saint Valentin en relation avec les supposées

unions des oiseaux à cette période de l’année. Geoffrey Chaucer, écrivain anglais du XVe siècle et auteur des célèbres Contes de Canterbury, est l’un des premiers à décrire cette coutume de manière métaphorique dans l’une de ses oeuvres typiquement médiévale, Le Parlement des oiseaux. Il y met en scène Nature enjoignant les oiseaux mâles à chercher leurs compagnes. Il lie ainsi le thème des oiseaux, synonyme de poésie dans la lyrique médiévale, et la vie de cour où les échanges de poèmes et divers jeux verbaux érotiques (devinettes, demandes d’amour, etc.) animaient les fêtes.

A cette époque, la Saint Valentin avait alors une dimension collective : il s’agissait d’un jeu de société aussi bien que d’un jeu de séduction, comme il y en avait alors beaucoup à la cour. Jeu poétique et amoureux, la Saint Valentin était ainsi l’occasion pour les seigneurs et les dames de s’échanger et de se dédicacer des poèmes d’amour.

A la suite d’un séjour à la Cour d’Angleterre, Othon de Grandson, chevalier poète du XIVe siècle, rapporte cette coutume en France en écrivant plusieurs recueils de ballades avec pour prétexte la Saint Valentin.

Aujourd’hui encore, la Saint Valentin symbolise la fête de l’amour, à l’occasion de laquelle cartes et cadeaux sont échangés comme c’était déjà le cas 700 ans auparavant entre les dames et seigneurs de la cour du Roi Richard II.

> La Saint Valentin : étape clé de la sortie de l’enfance

Un peu plus tard, Charles d’Orléans, prince poète le plus célèbre du XVe siècle (1394-1465) et dont la mère s’appelait Valentine Visconti, s’approprie ce thème à son tour : plusieurs de ses ballades et de ses rondeaux parlent de la Saint Valentin ou se disent composés à cette occasion pour telle ou telle dame. La Saint Valentin est pour lui la date symbolique de la sortie de l’enfance, c’est-à-dire tout à la fois de son initiation à l’amour et à la poésie. Dans le recueil qui rassemble son oeuvre poétique, un récit en vers placé au début raconte comment la déesse Jeunesse l’éveilla un jour de la Saint Valentin pour le présenter au dieu Amour.

Jeu de société, union des oiseaux, passage à l’âge adulte… Au travers de la littérature, la Saint Valentin a pris des sens diversifiés sous la plume des auteurs et poètes qui l’ont évoquée. Ces sens ont néanmoins tous en commun la thématique de l’amour qui reste au centre de la célébration de la Saint Valentin dans sa version contemporaine.

> Une date mystérieuse

Plus difficile à définir, la question de la date du 14 février reste aujourd’hui encore sujette à plusieurs interprétations. Indissociable de la Saint Valentin, le thème des oiseaux revient ici comme une explication possible du choix de cette date. Est-ce le moment où les oiseaux migraient à nouveau vers les régions plus septentrionales et tempérées, où leurs cris se faisaient à nouveau entendre après le gros de l’hiver ?

Par ailleurs, le lien avec le personnage du martyr Valentin reste sujet à caution. Dans La Légende dorée, vaste compilation du XIIIe siècle par un dominicain, Jacques de Voragine, de tous les récits sur les saints et les martyrs du calendrier, on trouve un prêtre, Valentin (c’est-à-dire « valorem tenens » celui qui persévère dans la chrétienté ou « valens tiro » soldat vaillant) qui aurait vécu sous l’empereur Claude au IIIe siècle (280). Après avoir fait recouvrer la vue à la fille du préfet, son hôte, il aurait, été décapité pour sa Foi inébranlable. Rien d’amoureux dans cette version de l’histoire ! D’autres variantes aux origines plus incertaines brodent autour de la rencontre de la fille aveugle et du prêtre qui lui aurait donné un billet signé Valentin avant de mourir, sans doute dans le but de la convertir.

Comme souvent, la fête et son inscription calendaire sont le fruit d’un mélange

d’influences reconstituées. A titre d’exemple, dans la Rome antique, les Lupercales, fêtes

de la fécondité, se déroulaient également mi-février.

Ainsi, sexualité et sentiments, accouplement des oiseaux et poésie, tout cela forme un beau mélange apte à se transformer en billets doux qui sont une invitation indirecte, malgré tout, à l’union des corps autant que des coeurs. Il reste que la naissance de ce geste élégant et métaphorique, la plus assurée et documentée, est médiévale, poétique et, au sens propre, courtoise.

En décryptant les moments de bonheur clés de l’année, l’Observatoire du Bonheur redécouvre les origines de la Saint Valentin et revient sur une fête qui rythme la vie des amoureux de nombreux pays depuis plus de 700 ans.

Notes de bas de page

1 En poésie, un rondeau est un poème de trois strophes (5/3/5 ou 4/2/4 vers) comptant deux rimes, avec un refrain à la fin des strophes 2 et 3

Plan du Site - Mentions Légales - Presse